Meteo a 10 jours

Mardi 7 mai 2013 - 16h40 ...

 

Tout est prêt pour le départ de demain mercredi. Le BoB est archi-plein comme les sacoches d'ailleurs et on se demande encore où on va caser les quelques dernières bricoles évidemment indispensables à emmener. Pascale et Eric chez qui nous résidons depuis quelques jours vont nous emmener en voiture du côté de Villefranche-de-Lauragais où ils nous lâcherons pour plus d'un mois de voyage, une remontée jusque dans le Tarn-et-garonne et suivie par une descente dans les Pyrénées pour franchir nombre de cols mythiques comme le Tourmalet, L'Aubisque, le Soulor, Peyresourde etc ...

 

Si vous voulez nous suivre au jour le jour ou simplement avoir de nos nouvelles de temps en temps alors rendez-vous ici même; nous essaierons au fur et à mesure des possibilités de connexion internet de vous faire vivre notre voyage en texte et en photos .

 

 

VOYAGE ITINERANT DANS LE SUD-OUEST 2013

Premier jour...

départ sous le soleil, arrivée sous la pluie

Rush d'essai avec le tandem et la remorque entre Ambres et Gaillac dans le Tarn. Tout semble OK pour nous assurer une route sans ennui mécanique (à voir dans 3 semaines...). Mais pas sans intempéries la météo paraissant bien morose!

Départ de Gaillac. Pleuvra-t-il aujourd'hui?

9 mai. Après une demi-heure de recherche du Syndicat d'initiative afin d'y faire pointer notre carte de Voyage Itinérant, départ réel sous un beau soleil qui illumine de couleur rose le pont sur le Tarn. 

Direction Cordes-sur-ciel. Un peu lourde la remorque à tirer dans ces côtes courtes mais raides et surtout à répétition. Une idée géniale de Joelle: camper à Laguépie et y laisser tout notre matériel avant de rejoindre Najac et évidemment de revenir à Laguépie. Bien nous en a pris, car l'étape Laguépie-Najac et retour, toujours aussi vallonée se fera sous la pluie battante. Chiffres de la journée: 1244 mètres de dénivelée positive et 68 km de route.

10 mai : Cool l'étape...

Il a plu toute la nuit. Nos équipements sont bien trempés ce qui nous incite à raccourcir sérieusement l'étape pour profiter du soleil qui nous accompagne ce matin. Nous nous arrêterons donc à Saint-Antonin Noble Val Afin de nous requinquer, nous sécher, faire quelques courses et alimenter notre site web.

De ville médiévale en ville médiévale

...ou de Saint-Antonin Noble Val à Caussade en passant par Caylus. De montées en descentes et de rincées en averses nous voici arrivés ce samedi 11 mai à Caussade où nous retrouvons un couple de hollandais qui a suivi le même chemin que nous durant toute la journée. Un espoir de soleil le soir; tiendra-t-il ses promesses pour demain?

Dimanche 12 mai : on rejoint Lauzerte en compagnie des Saints de glace!

qui, s'ils existent, méritent bien leurs noms.

Réveil ensoleillé mais route mouillée. Nous ne partons jamais sous la pluie ce qui fait que ce matin elle nous a laissé royalement 300 mètres de route avant de se manifester. Bâchage et débâchage au programme de la journée (pour les non-cyclotouristes traduire: on met et on quitte la veste imperméable, geste répété de nombreuses fois!)Camping sur terrain gras, repas devant la tente en regardant le ciel, priant pour qu'il nous laisse terminer sans pluie. Voeu exaucé, mais de justesse.

Ou l'on rejoint le Chemin de Compostelle à MOISSAC

Lundi 13 mai. Choix d'itinéraires judicieux en suivant les vallées qui descendent du Quercy vers la Garonne. Quelques bonnes montées quand même mais rien à voir avec celles des jours précédents avec en plus une différence qui fait tout le plaisir de la randonnées à bicyclette: le soleil a daigné montrer le bout de son nez dès le matin,  se cacher ensuite et faire une bonne sieste jusqu'au début de l'après-midi pour se montrer dans toute sa splendeur lors de notre arrivée à Moissac.  Paraît qu'il sera encore là demain. Chouette!!

MOISSAC = Chasselas........LECTOURE = Armagnac

14 mai: étape de Moissac -Tarn et Garonne- à Lectoure dans le Gers. D'après la carte Michelin pratiquement pas de chevrons sur les routes empruntées. Grande désillusion après Auvillar: ça monte et ça descend plus que jamais. Deux fois le poussage a remplacé le pédalage. A l'office de tourisme de Lectoure l'employée nous a précisé qu'on surnommait cette région "les vallons d'oxygène". Questions vallons ils y étaient vraiment mais pas dans le sens souhaité, question oxygène on en a parfois manqué. Ce soir pas de camping; la météo nous annonce des orages et la pluie pour cette nuit et demain et nous ne tenons pas à nous réveiller et démonter le camp sous la pluie. Ce sera donc une nuit à " L'étoile occitane " gîte d'étape accueillant principalement les marcheurs du Chemin de Compostelle .

BREAK...!

Première décision du matin: Comme il pleut à plein temps , pas de vélo aujourd'hui. Repos.

Première décision de l'après-midi: à la vue de l'évolution prévue de la météo pour les prochains 10 jours nous abandonnons la remorque et le camping pour d'autres formes d'hébergement, gîte d'étape, gîte chez l'habitant ou hôtel. La remorque restera à "L'étoile occitane" jusqu'à ce que nous passions la reprendre dans quelques semaines.

Ah! nous oubliions la décision intermédiaire que nous tenons à vous faire partager: l'excellent repas gascon pris à l'auberge "Cigale e fourmi". Recommandé pour ceux qui passeraient à Lectoure.

du vert, du vert entre Lectoure et Eauze -Gers -

16 mai 2013 : nos ingénieurs météorologistes seraient-ils de mauvais prévisionnistes. C'est avec beaucoup de circonspection que nous avons abordé nos premiers nuages noirs et frimas d'hiver au départ de Lectoure pour nous retrouver sous un grand soleil à Condom puis à Larressingle, cité médiévale résidence des abbés de Condom . Mais, trop beau, c'est à peine assis à la terrasse du "bistroquet" installé dans l'enceinte du château qu'une drache carabinée est venue nous rappeler à la réalité telle qu'annoncée par Météo-France...! Mais foin de ces trivialités temporelles il nous restera de ce parcours entre Condom et Eauze des paysages verdoyants, des immensités de collines courant jusqu'à l'horizon, des fermes et pigeonniers plus beaux les uns que les autres et aussi, nos jambes ne l'oublient pas , des montées très sèches bien que courtes et des descentes à faire grimper le compteur du tandem à des sommets jamais vus.

Couchage chez l'habitant à Eauze, simple mais confortable. Il nous fallait bien ça après cette journée "up and down" comme disent nos amis anglo-saxons!

Un peu plus au Nord avant la descente au Sud...

Vendredi 17 mai . Un petit crochet au Nord pour le BPF de Cazaubon à côté de Barbotan-les-thermes et enfin virage sur l'aile pour une descente plein sud. Et alors là, ces Pyrénées où nous n'irons pas nous narguent sur l'horizon. Enneigées, leurs cîmes se noient dans les nuages en un méli-mélo impressionnant.  Toutes les infos qui nous sont parvenues à ce jour sur les éventuelles possibilités d'aller poser nos roues dans les grands cols nous ont convaincus que la saison ne s'y prétait pas. A ce sujet ci-après le lien pour le site de France3 qui montre dans une vidéo l'opération de denneigement du Col du Tourmalet le 13 mai dernier.

http://midi-pyrenees.france3.fr/2013/05/15/un-veritable-mur-de-neige-l-impressionnante-video-des-operations-de-deneigement-de-la-route-du-tourmalet-251897.html .

Impressionnant...! et convaincant. Grimper le Tourmalet entre des murs de neige de plusieurs mètres de hauteur ne serait pas raisonnable. Nous reviendrons dans cette partie des Pyrénées plus tard et pas en mai.

Promenade tranquille aujourd'hui car nous sommes progressivement redescendus dans la vallée de l'Adour. Et pas de regret d'avoir abandonné le matériel de camping et la remorque à Lectoure car une fois installé à Plaisance-du-Gers la pluie s'est mise à tomber.

 

de Plaisance à Auch par la route des bastides

Samedi 18 mai. On ne va pas revenir sur les conditions météo rencontrées. Tous les messages qui nous parviennent montrent que tout le monde est concerné par le mauvais temps; alors vous dire qu'il pleut, qu'il vente (non, il ne neige pas encore...) le long de notre itinéraire relèverait de la banalité. Départ matinal sous ciel gris mais au loin, comme hier, les sommets des Pyrénées pointent au-dessus des nuages. Grâce à une table d'orientation nous avons même pû reconnaître le Vignemale. La route touristique des bastides est une route de crête n'évitant pas pour autant les montées et les descentes mais offrant en permanence une large vue sur la partie sud du département. Une belle balade dans des paysages moutonneux et très verts.

Non, on ne vous dira pas qu'on est arrivé à Auch sous une pluie battante et froide. Ce serait se répéter inutilement ! 

Toujours de bosses en bosses.

Dimanche 19 mai. Dimanche de Pentecôte. Jour néfaste pour décrocher ce sacro-saint tampon humide qui va prouver que nous sommes bien passés par ici et par là. Passé midi tout est vide, fermé, sans vie. Notre chemin nous menait de Auch à l'Isle-Jourdain, avec en prime un petit aller-retour jusqu'à Lévignac en Haute-Garonne. A peine avons-nous pû trouver un sandwich dans la seule échoppe ouverte à l'Isle-Jourdain, quant à se faire tamponner à Lévignac pas question, tout, absolument tout était clos. Mais où sont donc les troquets d'antan, les PMU enfumés, les bistrots d'après-match où l'on trouvait boisson, pitance et tampon?

Longue descente vers le sud...

Lundi 20 Mai. Ca y est, le soleil est (provisoirement...) avec nous et nous avons décidé une longue échappée pour aller récolter 3 BPF, et les tampons qui vont avec, quoique un lundi de Pentecôte (voir commentaire précédent). De l'Isle-Jourdain en passant par Simorre, puis l'Isle-sur-Dodon et enfin Aurignac ce sera notre plus longue journée, 90 kilomètres et près de 1000 mètres de dénivelée positive, et ce qui en découle normalement la plus fatiguante. Tandem et bagages sont loin d'être des atouts pour franchir les nombreuses montées de la région. On le savait certes, mais là on le vérifie. Et pourtant le moral reste toujours au beau fixe, même sous la pluie et le vent parfois très frais.

Fin de la descente Sud avec vue sur les Pyrénées

Mardi 21 mai. En fait de vue sur les Pyrénées il faudrait plutôt dire "vue sur les nuages qui couvrent les Pyrénées". Pourtant un grand soleil nous accompagne au départ d'Aurignac et restera présent tout au long de la remontée du Salat jusque  Saint-Girons. Seconde étape consécutive de près de 100 kilomètres et 1000 mètres de dénivelée. Un peu fatigué certes, mais les nuages qui s'amoncèlent et nous incitent à deux reprises à bâcher et débâcher ne nous font pas regretter d'en terminer. Maigre consolation à postériori: il a plu toute la nuit à Foix et ce matin du mercredi 22 mai il pleut encore et le plafond nuageux est à 800 mètres... Pas de regrets pour les grands cols donc, mais déja les projets foisonnent pour la route de retour à Meyzieu. Demain cette page intitulée "Pyrénées 2013" deviendra "Sud-Ouest 2013"... un simple constat!

Villégiature dans une ville d'eau: FOIX

En fait de villégiature ce fut cinq jours d'arrêt dans la famille afin de requinquer le moral que le mauvais termps récurent a fortement mis à mal. Pluie présente quotidiennement, ou presque, avec néanmoins un soleil resplendissant le dimanche ce qui nous a permis de découvrir avec Pascale, Eric et les enfants les charmes de la voie verte qui court de Saint-Girons à Foix.

Départ pour Castres le lundi, mais cette fois-ci avec la voiture et la caravane que nous avons retrouvées à Foix. Plus question de voyage itinérant. Nous découvrirons la région à partir d'un point fixe ce qui nous permettra, peut-être, d'ajouter également quelques cols à notre collection.

De nouveau sur le tandem dans le Sud-Ouest

Mardi 27 mai. Randonnée vers PUYLAURENS dans le Tarn. A nouveau un ciel bas, très bas. Mais nous sommes décidés à rouler. Nous sommes là pour ça, nom d'une pipe...20 mètres, 20 mètres seulement sans pluie et voilà que ça se met à tomber bien dru. Qu'importe on y va et toute la randonnée se déroulera sous cette pluie froide accompagnée parfois d'un vent violent.  De Puylaurens nous ne verrons pas grand chose, le temps de faire quelques photos tristounettes et retour à la caravane où il nous restera à sécher, vêtements et cyclistes, et à méditer,moroses, sur les prévisions météo.

Bienvenue à Castres...

qui joue dimanche prochain la finale du Top14 contre Toulon...Le saviez-vous?

(dernière nouvelle: Castres a gagné...!)

Mercredi 29 Mai. Pas le courage de partir sous la pluie. L'aller-retour d'hier nous a lessivés! Aujourd'hui ce sera jour de visite de la Ville de Castres où nous séjournons présentement et plus particulièrement donc la visite du musée Goya qui présente trois toiles importantes du peintre, 1) La junte des Philippines, 2) Le portrait de Francisco del Mazo, 3) L'autoportrait aux lunettes, ainsi que des séries gravées sur la Tauromachie, les désastres de la guerre,les caprices et les proverbes. Il n'est pas possible de reproduire des photos de ces oeuvres mais pour vous consoler vous avez ci-dessous la photo d'une oeuvre de Pardo, artiste espagnol vivant en France, exposant actuellement au Musée Goya et qui a entrepris de réinterpréter, à l'instar de Picasso qui l'a précédé, le chef-d'oeuvre de Vélasquez, "Les Ménines".

Convaincus des bienfaits du vélo, oui...mais...

Jeudi 30 mai. Nouvelle tentative de sortie malgré la pluie. Ce sera pour nous rendre à Lacrouzette dans le Sidobre, région connue pour sa production de granits exceptionnels. Il pleuvait au réveil, il pleuvait au petit-déjeuner, il pleuvait encore -de plus en plus fort d'ailleurs- en arrivant à Lacrouzette ainsi que lors du retour; la descente de ce haut-lieu perché devint en outre problématique à cause des ruissellements d'eau qui traversaient la route après chaque virage. peu de photos aujourd'hui et pour cause!

Où l'on retrouve moral, sourire et joie de pédaler.

Vendredi 31 mai. Journée en 2 étapes, l'une dans le Ségala à la découverte du site de Pampelonne, village perché au-dessus du Viaur, l'autre à la limite du Rouergue pour découvrir le Tarn au village d'Ambialet, une image de ce fleuve que nous ne connaissions pas encore. Malgré la pluie tombée toute la nuit, celle-ci aura le bon goût de ne pas gâcher notre journée, voire même de laisser passer quelques rayons de soleil que nous dégusterons avidemment sans en laisser une miette. Après quelques démelés avec le GPS Garmin qui s'obstine à nous faire passer par des chemins privés, des culs-de-sac ou des détours évidement fort pentus, nous atteindrons Pampelonne dont la froideur et le manque d'intérêt en dehors de la centrale électrique (!) sur le Viaur nous laisserons perplexes. Seconde étape: Une longue balade le long du Tarn grossi par les eaux de pluie avec comme toujours l'intention d'éviter les allers et retours au profit d'un circuit. Cette fois-ci nous avons dû y renoncer car le tunnel d'accès à la passerelle d'Ambialet qui permet de passer d'une rive à l'autre du Tarn au niveau de la presqu'île avait été fermé par précaution , crue éventuelle du Tarn oblige. Ultime satisfaction du jour: le vent s'est fortement levé et nous pousse dans le dos pour rentrer. Vous comprendrez ainsi que ce fut une très bonne journée.

Granit ou saucisson, quel souvenir rapporter de Lacaune?

sur la route de Lacaune...
sur la route de Lacaune...

Samedi 1er Juin. Granit et saucisson de montagne sont les deux spécialités de la région qui ont fait la renommée de Lacaune. Le choix était difficile, le granit trop encombrant et lourd à emporter et le saucisson ne pouvait résister à notre gourmandise. Nous en raménerons donc les photos que vous pourrez admirer (!) ci-dessous -vu le temps rencontré on ne peut pas dire qu'elles sont vraiment exceptionnelles- ainsi que le franchissement de plusieurs cols venteux et glacials comme il se doit. C'était notre dernière période "Tarn". Prochaine destination ,l'Aveyron, où enfin un semblant de beau temps devrait nous accueillir.

Causse, Roquefort et soleil...

Lundi 3 juin. Difficile de donner l'ordre de nos préférences. Gastronomes nous mettrions volontiers le roquefort en tête, plaisirs gustatifs obligent. Mais les Causses sont des paysages qui recueillent notre plus grande ferveur, un endroit, un pays qu'il semble si naturel de parcourir au rythme des tours de pédales. Et le soleil, oui le soleil ce grand absent des dernières semaines, le soleil enfin présent toute cette journée nous lui devons aujourd'hui un immense moment de bonheur. Le circuit choisi nous a mené de Roquefort à Melvieu en passant par Saint Rome du Tarn avec des vues superbes sur les Raspes, cette partie encaissée et sauvage du Tarn qui coule, plusieurs centaines de mètres plus bas. Alors, après une grande balade sur le Causse, sous le soleil, et malgré la fatigue, rentrés au campement, nous dégustons nos achats de fromage accompagnés d'une bouteille de Pacherenc... La félicité dans toute sa pureté.

Vélo solo...

Mardi 4 juin. Aujourd'hui la moitié de l'équipage (joelle) a décidé de prendre un jour de repos et de se consacrer à la peinture. Conséquence directe: pas de tandem (pour Robert). Donc ce sera une journée de chasse aux cols. Départ un peu en catastrophe: oubli des cartes d'abord ce qui rendra les recherches  des départs de pistes un peu laborieux avec les pertes de temps qui en découlent et évidemment un retour le soir un peu tardif; oubli de l'eau ensuite, surtout du récipient qui la contient, oubli de l'appareil photo, seulement le GPS et éventuellement le téléphone pour y suppléer. Et malgré tout 6 cols franchis sur les contreforts du Larzac après 45 km de parcours et un dénivelé + de 1450 m.

 

Voir NAVACELLES...

Mercredi 5 juin. En route pour Navacelles. Traversée du Larzac rempli d'histoire, des Templiers aux Hospitaliers de St Jean de Jérusalem qui dès le 12ème siècle ont entrepris de construire des sites fortifiés destinés à la protection des populations. La Couvertoirade, l'un des plus beaux de ces sites nous retiendra sur la route du retour.

Tout au long de notre parcours jusqu'à Navacelles ce seront des paysages contrastés de plateaux et de profonds canyons, d'immenses espaces naturels, avant d'être émerveillés après Blandas par la majesté et l'immensité du cirque de Navacelles.

De Causse en Causse

Vendredi 7 juin. Après le Causse du Larzac, de larges vues sur le Causse Méjean, sur le Causse noir et le Causse Sauveterre nous abordons le Causse Comtal bordé par le Lot et le Dourdou. Si Causse il y a toujours, de nombreux changements apparaissent peu à peu dans le paysage avec moins d'étendues dénudées à l'aspect quelque peu lunaire comme sur le Larzac. Les vaches, voire les chevaux ont remplacé les moutons dans les prés. L'architecture des constructions , fermes, granges, châteaux, maisons de bourg se modifie au fur et à mesure de la remontée vers le nord. Les couleurs elles-mêmes changent et on est passé de l'ocre au rouge caractérisitque de cette partie de l'Aveyron. Le long du Lot de nombreuses cultures maraîchères bordent les rives et la douceur qui se dégage des paysages contraste avec la rudesse de ceux rencontrés les jours précédents sur les plateaux caussenards. Une longue balade nous conduit jusqu'à Conques, importante étape sur la route de Compostelle, site déclaré Patrimoine de l'Humanité par l'UNESCO.

Dernière balade en Aveyron: le trou de Bozouls

Samedi 8 juin. Départ d'Espalion, au bord du Lot, pour aller contempler tout là-haut sur le Causse Comtal, le fameux Trou de Bozouls. Premiers tours de roue dans la grisaille -les pluies de la nuit se sont calmées- Passage dans le superbe village d'Estaing dont le château domine le Lot de manière insolente. Nous sommes un peu anxieux de la montée qui nous attend, anxiété non confirmée car , serait-ce la forme physique qui est enfn à son top niveau, cette montée se fera assez facilement. Longue traversée du Causse Comtal jusqu'à Bozouls, vent froid de face. Visite du site, mis en valeur par des aménagements touristiques réalisés par les différentes collectivités locales sans en profiter pour en tirer de substanciels revenus -la visite est gratuite- et, après avoir fait viser nos cartes de route auprès de l'office du tourisme nous entreprenons la longue descente pour regagner Espalion. Une longue descente qui aurait dû être rapide mais dont nous ne profiterons pas vraiment, le vent soufflant en rafales rendant certains virages délicats à  prendre.

Aujourd'hui "jour à cols" ...

Lundi 10 Mai. Arrivés dans l'Aubrac,  à St Chély d'Apcher plus précisément, nous décidons de consacrer cette journée au vélo solo et à l'amélioration quantitative de nos listes de cols franchis. Pour le moment c'est un peu régime maigre en la matière car le mauvais temps ne nous a pas beaucoup aidés. En outre, si nous échappons à la pluie, nous n'échappons pas au temps gris, couvert, et notre galerie photo s'en ressent. Pas de photos donc à part celle ci-contre, une amie parmi les milliers de semblables rencontrées sur le plateau. Regardez ses yeux: ne sont-ils pas magnifiques...

Randonnée dans l'Aubrac

Mardi 11 juin. Randonnée sur le plateau pour aller visiter les sites de Fournels en Lozère et de Ste Urcize dans le Cantal. Ce sera une longue balade parmi les fleurs, les genêts au parfum puissant, les milliers de bovins (de race Aubrac évidemment). Une balade qui se déroule sur des routes absolument merveilleuses, sans circulation automobile ou presque. De nombreux arrêts photo ralentissent notre progression mais, émerveillés parce ce qui se présente sans cesse à nous, nous voulons tout mettre dans notre petite boîte noire. Et puis c'est notre dernière balade; la date du retour, le 14 juin, est toute proche et les deux dernières journées seront consacrées, comme celle d'hier, à rechercher quelques cols dans la région. Aujourd'hui c'était "plein les yeux, plein la tête".

Montée aux sources de la Truyère

Mercredi 12 juin. Balade en Margeride, d'abord jusqu'aux sources de La Truyère (celle que franchit beaucoup plus loin le viaduc de Garabit du célèbre Effel) puis ensuite sur les crêtes de la Margeride, étendues vertes vampirisées par endroit par d'énormes colonies de genêts dont c'est la pleine éclosion. Du col des Trois soeurs donc, où se situe l'une des sources de la Truyère au col de la Baraque des Bouviers, site de ski nordique puis ensuite au col de la Barte où s'est installée la réserve européenne de bisons, le printemps qui s'est enfin décidé à s'ouvrir nous donne un aperçu de ses capacités: les champs de fleurs s'étendent à l'infini, leurs odeurs prenantes et multiples nous envahissent, tout n'est que couleur et parfum.

Pour nous suivre.....

Vous êtes maintenant sur le site de Joëlle et Robert. Nous y tentons, par des compte-rendus et des photos  de vous faire partager notre passion pour le voyage en vélo, et plus précisément en tandem. Nous espérons que vous en retirerez beaucoup de plaisir et qui sait, vous y trouverez peut-être l’envie de faire comme nous.  Nous essayons de tenir ce site à jour mais comme nous sommes souvent sur les routes et les chemins il arrive régulièrement que la mise à jour soit en retard sur nos voyages. Allez, venez faire un bout de route avec nous…

Ci-dessous un bref aperçu des images  de voyages que vous retrouverez plus nombreuses en cliquant sur une page du menu.

La Bretagne

La Margeride

l' E6, La Loire à vélo

La Cerdagne

Les Monts d'Ardèche

La Nouvelle-Zélande

LES ANDES

MONGOLIE

Chez les CH'TIS  2015

Cathédrale d'Amiens
Cathédrale d'Amiens

2016 en vrac...

2017 Deux-Sèvres et Vendée

2017  Cantal et Corrèze